Ondine

Sur la pointe
du cœur,
je partirai
dans le murmure
du ruisseau
où le temps
me fit naître,
simple ondine
à fleur de ciel.

J’emporterai
dans mes robes
cristallines
l’ombre floue
d’un baiser
et la légende dira
ce qui se dit alors :

« Elle aima et la terre
n’en fut que plus lumineuse. »

 

Source : La poésie de la semaine : Ondine

 


Sandra Dulier, plume funambule

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s