Sous le toucher d’un piano

Une mélopée douce
dans le soir chantonne
à l’abri des murs indiscrets.

Une libellule traverse
le jardin secret
en irisant de ses ailes
la nuit endormie.

Berceuse lente
sous la lune,
l’arbre des rêves veille
dans le pré d’étoiles.

Ô simple ciel,
calme verdure
bleutée de lucioles,
je rejoins tes clairières.


Sandra Dulier, Plume funambule

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s