Le voleur d’hirondelle

Oreille collée au gsm, elle dialogue, les yeux perdus à l’horizon. Pas de forfait illimité, tant pis ! Elle écoute, croche et ricoche d’un fou rire. Hirondelle, elle piaille au soleil dans la brise légère qui folâtre avec ses cheveux. Qu’importe le sens des mots, tout est codé en respiration, vibratos : incandescent été.

Un moment d’éternité se perd dans les ruelles chaudes où ses espadrilles déambulent. Itinéraire impromptu, elles glissent leurs pas souples jusqu’à la fontaine où dans un dernier éclat de rire, quatre bras s’enlacent et deux gsm s’embrassent avant de retourner qui dans le sac à main parme, qui dans la poche arrière d’un jeans délavé. Lui, forfait illimité, elle fauchée comme les blés, mais légère d’un regard qu’elle attendait depuis le matin.

Job étudiant, il peut enfin frôler la vacancière, humer son parfum et, dans un éclat de soleil, lui murmurer cette phrase mûrie au rayon épicerie, place du Marché, entre deux cageots d’abricots d’un producteur local : « Je te volerai ton sourire et le mangerai comme un fruit. »


Sandra Dulier, Plume Funambule

7 réflexions sur “Le voleur d’hirondelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s